mâchurer


mâchurer

1. mâchurer [ maʃyre ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1507; mascurer XIIe; o. i., même famille que masque
Vieilli Barbouiller, salir de noir.
Imprim. Tirer (une feuille) sans netteté. P. p. adj. Feuille mâchurée.
mâchurer 2. mâchurer [ maʃyre ] v. tr. <conjug. : 1>
XVe; de mâchure
1Écraser, entamer par pression. Pièce mâchurée par l'étau.
2(confus. avec mâcher) Entamer en mordant. « le gros bout de son porte-plume mâchuré » (A. Gide).

mâchurer verbe transitif (latin populaire mascarare, noircir, de masca, masque) Vieux. Barbouiller quelque chose de noir. ● mâchurer verbe transitif (de mâchure) Vieux. Entamer, déchiqueter quelque chose avec les dents : Mâchurer un crayon.

mâchurer
v. tr. TECH écraser par une pression exagérée.

I.
⇒MÂCHURER1, verbe trans.
Fam. [Employé gén. sous la forme adj. du part.] Barbouiller, souiller de noir. Visage mâchuré. Des Indiens barbouillés, mâchurés, mascarés, surtout le chef (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 404):
.... ils se frottent à moi, me tendent leurs yeux, leur nez. Parfois, devant le lavabo, quand les classes fonctionnent, je baise un petit museau mâchuré, qui comprend bien que je ne suis pas d'un acabit raffiné.
FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 245.
P. anal. La lettre toute mâchurée de timbres (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 244). Un grand ciel mâchuré de feu (BARRÈS, Cahiers, t. 6, 1907, p. 200). La main toute mâchurée d'égratignures (GIONO, Solit. pitié, 1932, p. 23).
IMPR. Tirer une feuille sans netteté, avec des bavures. Mâchurer une feuille d'impression (Lar. 19e-Lar. encyclop.), feuille mâchurée (Ac. 1935).
Prononc. et Orth.:[], [ma-], (il) machure [- ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Prop. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971: machurer. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 mascurer «noircir, barbouiller de noir» (Aliscans, éd. W. Hartnacke et E. Wienbeck, 3159); 1690 typogr. machurer une feuille (FUR.); b) 1504 se maschurer «se barbouiller» (A. DE LA VIGNE, Sotie à huit personnages, Le monde, Abus... ds E. PICOT, Recueil gén. des Sotties, t. 2, p. 95, 1381: ...le mosnier Qui se maschure en sa farine); 2. 1240 fig. (BAUDOIN DE CONDÉ, Dits et contes, 215, 306 ds T.-L.); 1560 se machurer (CALVIN, Instit., [1560] I, VIII, 4 ds HUG.: noir de pechié et mascuré). Mâchurer est une altération mal expliquée, peut-être d'apr. l'a. fr. oscurer (1119, PH. DE THAON, Comput, 286 ds T.-L.: nuit oscurée; ca 1350 fig. «flétrir, souiller» G. LI MUISIS, I, 151, ibid.; dér. de obscur, cf. lat. obscurare «obscurcir»; FEW t. 6, 1, p.440a, note 13), puis ultérieurement de mâcher1, de l'a. fr. mascherer (ca 1200 Aliscans, 3159, var. B, 1re moitié XIIIe s.), d'un verbe mascarare «barbouiller de suie», dont les représentants sont également relevés en corse, cat., aragonais, et port., dér. de mascaro- «noir, barbouillé de suie; suie» lui-même dér. pré-rom. de maska, v. masque1.
DÉR. 1. Mâchurage, subst. masc. Action de barbouiller, de salir de noir; résultat de cette action. La traction électrique les soulage [les voyageurs] des fumées, des mâchurages (...) des escarbilles (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 192). [], [ma-]. 1re attest. 1958 id.; de mâchurer1, suff. -age. 2. Mâchuron, subst. masc. a) Région. (surtout Savoie). Tache noire, barbouillage. Se faire un mâchuron. Un visage maigre, souffreteux, où une petite moustache précoce et mal taillée semblait un mâchuron (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 271). b) Ouvrier exerçant une profession salissante telle que celle de charbonnier, de fumiste, etc. Ce chaudronnier est un mâchuron (QUILLET 1965). [], [ma-]. 1res attest. a) 2e moitié XIIIe s. masqueron, macheron, masseron «enduit noir et salissant» (Garin de Monglane, éd. M. Müller, 2792); cf. ibid., 4025 m'estoie de noir maskie et noirciree cité d'apr. le ms. ds GDF. et cf. T.-L.; av. 1892 «tache noire causée par le contact d'un fond de marmite» (BONHOTE ds GUÉRIN); 1934 «tache noire sur un visage» (DANIEL-ROPS, loc. cit.); b) 1902 «ouvrier au visage mâchuré (chaudronnier, fumiste)» (Nouv. Lar.ill.); de mâchurer1, suff. -on1, terme relevé dans les dial. gallo-rom., notamment de Bourgogne et des domaines fr.-prov. et prov. (v. FEW t.6, 1, p.432b et 433a).
II.
⇒MÂCHURER2, verbe trans.
A. — Meurtrir, provoquer des contusions par écrasement.
Blessure, plaie mâchurée. Écrasée sur les deux bords (v. mâchure B). La blessure se dessine en relief, avec une extraordinaire netteté, elle est mâchurée (BERNANOS, Mouchette, 1937, p. 1280).
B. —Imprimer une marque profonde, entailler généralement avec les dents
1. dans la chair et, p. ext., dans une matière peu résistante. Il tenait à la main une sorte (...) de balai, dont il mâchurait puis crachait les pétales (GIDE, Journal, 1914, p. 465):
♦ ... le loup continuait à manger la porte. Il ne put l'entamer beaucoup, elle était solide ; mais il la mâchura de manière à y laisser ses traces. Je ne crois pas qu'il eût de mauvais desseins. Peut-être était-ce un jeune sujet qui voulait faire ses dents sur le premier objet venu...
SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 33.
2. sur un objet en le comprimant exagérément. Synon. entamer, lacérer. La corde avait porté nécessairement sur la buffleterie et l'avait vigoureusement mâchurée (BALZAC, Tén. affaire, 1841, p. 146). Des côtes parsèment le sol comme de vieilles cages cassées, et, auprès, surnagent des cuirs mâchurés, des quarts et des gamelles transpercés et aplatis (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 290).
P. anal. Marquer fortement, creuser comme par une blessure, une meurtrissure profonde. Ce regard éteint, cette face mâchurée par une fatigue de mauvais aloi (ESTAUNIÉ, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 282). Il tendait en avant sa vieille tête mâchurée de rides (GIONO, Chant monde, 1934, p. 244).
Prononc.:[], [ma-], (il) mâchure [-]. Étymol. et Hist. 1. a) 1496 «meurtrir» (A. DE LA VIGNE, Moralité de l'Aveugle et du Boiteux, JACOB, Rec. de farces [sotties et moralités, 1859], p. 230 ds GDF.); 1611 part. passé adj. «noir, bleu par une contusion» (COTGR., cf. FEW t. 6, 1, p. 68a); b) 1867 technol. «marquer, laisser une trace par une forte pression» (LITTRÉ); 2. 1840 «déchirer, mettre en lambeaux» (Ac. Compl. 1842). Dér. de mâchure (FEW, loc. cit.); dés. -er. Fréq. abs. littér.:13.
DÉR. Mâchurage, subst. masc. Action d'écraser, de meurtrir, de hacher menu; résultat de cette action. C'est dégoûtant (...) Tout ce mâchurage-là. D'abord les branches (...) Ça va bien en colline mais, en terre grasse, vous voyez ça, ce hachis (GIONO, Lanceurs graines, 1943, I, 5, p. 120). [], [ma-]. 1re attest. 1943 id.; de mâchurer2, suff. -age.

1. mâchurer [mɑʃyʀe] v. tr.
ÉTYM. 1507; mascurer, XIIe; orig. incert.; selon P. Guiraud, d'un mascarare, var. mascurare, de cara « visage » et massa « pâte », d'où « s'enduire le visage avec une pâte », même famille que masque.
1 Barbouiller, salir de noir. Noircir, salir. || Mâchurer du papier, des habits, le visage… (Académie).
(1690). Techn. (Imprim.). Tirer (une feuille) sans netteté.P. p. || Feuille mâchurée.REM. Ne pas confondre ce verbe avec son homonyme dérivé de mâchure.
2 (XVIIe). Fig. et vx. Calomnier (qqn), le noircir par des paroles malveillantes.
————————
2. mâchurer [mɑʃyʀe] v. tr.
ÉTYM. XVe; de mâchure.
1 Déchiqueter en écrasant. Meurtrir.(1842). Entamer, meurtrir par une pression violente. || Pièce mâchurée par l'étau.
2 (1873; confusion avec mâcher). Entamer en mordant, en mâchant.Au p. p. :
0 Il se servait, comme d'un pinceau, du gros bout de son porte-plume mâchuré, qu'il trempait dans l'encre (…)
Gide, Si le grain ne meurt, I, IX, p. 233.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mâchurer — (mâ chu ré) v. a. 1°   Terme familier. Barbouiller de noir. Mâchurer du papier. Il s est mâchuré le visage. 2°   Terme d imprimerie. Tirer une feuille sans netteté, faute d adresse. HISTORIQUE    XIIIe s. •   Mascurer, Ch. d Ant. II, 42.    XVIe… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • mâchurer — vt. , tacheter // barbouiller mâchurer de noir ; noircir, tacher, salir ; grimer : mâchurâ (Épagny 294b), MÂSHèRÂ (294a, Albanais 001, Annecy, Arvillard 228, Cordon, Thônes | Sallanches, Samoëns, Saxel), mâshurâ (Morzine), mâstèrâ (Albertville),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • MÂCHURER — v. a. Barbouiller de noir. Mâchurer du papier, des habits, le visage, etc. Il est familier. MÂCHURER, en termes d Imprimerie, Ne pas tirer sa feuille nette. MÂCHURÉ, ÉE. participe, Feuille mâchurée …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MÂCHURER — v. tr. Barbouiller de noir. Mâchurer du papier, des habits, le visage, etc. Il est familier. En termes d’Imprimerie, il signifie Ne pas tirer sa feuille nette. Feuille mâchurée …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • machurer — (ma chu ré) v. a. Serrer fortement de manière à laisser des marques de la pression. Les plombs de la sonde revenaient machurés. HISTORIQUE    XVe s. •   De dueil, j en machure [égratigne, meurtris] ma face, Rec. de farces, etc. p. 230. ÉTYMOLOGIE …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Moiron — Pour les articles homonymes, voir Moiron (homonymie). 46° 38′ 20″ N 5° 33′ 46″ E …   Wikipédia en Français

  • mascaret — [ maskarɛ ] n. m. • masquaret 1552; mot gasc. « bœuf tacheté », de mascara « mâchurer, tacheter » ♦ Longue vague déferlante produite dans certains estuaires par la rencontre du flux et du reflux. Le mascaret de la Gironde. ⇒ barre. ● mascaret nom …   Encyclopédie Universelle

  • noircir — [ nwarsir ] v. <conjug. : 2> • XIIIe; nercir XIIe; lat. pop. °nigricire, class. nigrescere « devenir noir » I ♦ V. intr. Devenir noir. Fraise sauvage qui mûrit, noircit et tombe. Ce tableau a noirci. II ♦ V. tr. (XIIe « assombrir, attrister …   Encyclopédie Universelle

  • masque — 1. (ma sk ) s. f. Terme familier d injure dont on se sert quelquefois pour qualifier une jeune fille, une femme, et lui reprocher sa laideur ou sa malice. •   La masque encore après lui fait civilité, MOL. Sgan. 14. •   Ah ! ah ! petite masque,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Parler gaga — Pour les articles homonymes, voir Gaga. Dictionnaire francoprovençal/français de Saint Etienne, 1897 Le gaga est le parler stéphanois pratiqué à Saint Étienne et dans sa rég …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.